S'enregistrerConnexionAlliance JurisAccueilQui Sommes Nous ?Nos ChroniquesForum de DiscussionFAQRechercherAlliance JurisMembresGroupesEspace Recherche

Partagez | 
 

 Les droits d'auteur du traducteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
alexandre quiquerez
Chroniqueur


Masculin Nombre de messages : 5
Age : 35
Localisation : France, Paris
Emploi : étudiant
Diplômes : Magistère en Droit de la communication, Master recherche de Propriété intellectuelle
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Les droits d'auteur du traducteur   Jeu 2 Aoû - 13:11

Puisque la traduction n'est pas un exercice mécanique mais laisse place à des qualités créatives certaines, le droit d'auteur considère que le traducteur est un auteur, protégé à ce titre contre la contrefaçon et les atteintes aux droits moraux (art. L. 112-3 du CPI). Néanmoins, la liberté de création du traducteur se trouve réduite par le respect de l'oeuvre première, qui est par hypothèse originale et donc elle-même protégée par la propriété intellectuelle. Le traducteur doit alors recueillir l'autorisation expresse de l'auteur de l'oeuvre d'origine et respecter l'intégrité spirituelle de celle-ci. L'écrivain de l'oeuvre d'origine peut ainsi imposer ses conditions au traducteur en usant de ses droits patrimoniaux d'auteur, et s'opposer à la dénaturation de sa création en invoquant la violation de ses droits moraux.

ll y aurait matière à écrire un véritable Traité ou guide pratique sur les droits d'auteur du traducteur. Je me bornerai ici à évoquer deux problématiques fréquentes en la matière. En premier lieu, à qui appartiennent les droits d'auteur lorsque le traducteur est salarié ou travailleur indépendant (freelance) ? En second lieu, que se passe-t-il si le "commanditaire" décide de mettre un terme de manière anticipée à ses relations contractuelles avec un traducteur indépendant, au motif allégué par exemple que la traduction n'est pas de bonne qualité ?

Concernant la première question, il faut d'abord rechercher la loi applicable au contrat. Le contrat de traduction pourrait bien en effet ne pas être soumis au droit d'auteur français, mais à un droit étranger, au copyright anglais ou américain par exemple, ce qui entraînerait des conséquences fort différentes. Si un contrat écrit a été conclu, il est souvent stipulé que telle ou telle loi régira le contrat, ce qui présente l'avantage d'ôter toute discussion sur ce point. En l'absence d'une telle clause, le lieu de conclusion du contrat ou le lieu de publication du texte pourraient être autant d'éléments, de critères permettant de désigner la loi applicable. Un contrat de traduction conclu en Espagne pour une publication dans ce pays est logiquement soumis au droit espagnol. Cette recherche présente cependant quelques difficultés. Ainsi par exemple, il n'est pas sûr que le droit français ait plus vocation que le droit anglais à régir un contrat de traduction conclu par emails entre une agence située en France, un traducteur localisé en Angleterre et ce, en vue d'une publication dans ce dernier pays.

Il faut en effet signaler que le droit d'auteur reste très différent du copyright. Ainsi en droit d'auteur (français à tout le moins), même en cas de contrat de travail ou prestation, l'auteur reste en principe titulaire des droits, sans qu'aucune cession automatique n'ait lieu en faveur de l'employeur ou du maître d'ouvrage (L. 111-1 du CPI). Cette règle de droit commun s'applique aux traductions : le traducteur est en principe titulaire des droits sur sa traduction, sauf si un contrat ou une clause contractuelle y déroge expressément en prévoyant une cession, c'est-à-dire une transmission des droits de propriété intellectuelle.

Toute autre est la règle de copyright. En copyright américain, l'article 201 du US Copyright Act dispose que "In the case of a work made for hire, the employer or other person for whom the work was prepared is considered the author for purposes of this title, and, unless the parties have expressly agreed otherwise in a written instrument signed by them, owns all of the rights comprised in the copyright". Ces dispositions énoncent que l'existence d'un contrat de travail emporte ipso facto cession des droits d'auteur au profit de l'employeur ou du maître d'ouvrage, sauf accord écrit contraire. Relativement au travail indépendant, trois conditions sont posées pour que la règle du « work made for hire » s’applique : (i) le travail doit être spécifiquement commandé, (ii) il doit s'agir d'une des créations visées à l'article 101, dans lequel figure la traduction, (iii) enfin un accord écrit doit être conclu à l'avance spécifiant que le travail est un "work made for hire".

Le copyright anglais est aussi clair en présence d'un contrat de travail, mais l'est moins pour le travail indépendant. Le Copyright Act anglais de 1988 dispose que "Where a literary, dramatic, musical or artistic work is made by an employee in the course of his employment, his employer is the first owner of any copyright in the work subject to any agreement to the contrary". Ainsi, l'employeur est titulaire des droits d'auteur sur les oeuvres créées par ses salariés (traducteurs). Quid du travail indépendant ? Dans la mesure où la loi n'en souffle mot, l'on devrait en revenir au principe selon lequel c'est l'auteur qui est titulaire des droits (article 11, 1er alinéa), sauf stipulation contractuelle contraire.

Par conséquent, si le contrat de travail ou de traduction régi par le droit français doit contenir une clause de cession des droits d'auteur pour que les droits patrimoniaux sur la traduction soient cédés de l'auteur à son cocontractant, il n'en est pas forcément de même pour un contrat soumis au droit américain ou anglais.

Concernant à présent la seconde question portant sur la résiliation unilatérale et anticipée du contrat, cette hypothèse met en exergue le fait qu'il est toujours prudent de conclure un contrat, quelle que soit sa forme ou sa dénomination (devis, conditions générales...). L'antidote aura consisté à stipuler par exemple que si le maître d'ouvrage considère que la traduction ne correspond pas aux conditions du contrat de prestation, il pourra demander la résiliation de celui-ci et que, dans ce cas, le traducteur ne recevra pas le solde de l'à-valoir (avance de paiement), mais il conservera la fraction de celui déjà versé. En l'absence de tout accord écrit et précis, le maître d'ouvrage ne pourrait certainement pas exiger le beurre et l'argent du beurre (et la peau du traducteur), c'est à dire à la fois la restitution de l'à-valoir qu'il aura versé et la remise du travail accompli, au moins pour deux raisons (en droit français en tout cas). D’abord, c'est une faute contractuelle que de résilier unilatéralement un contrat de prestation de service. Cette rupture cause un préjudice au traducteur, et ce préjudice peut être réparé par l’allocation de dommages-intérêts. Traduire ne donne pas le droit de trahir. De plus, le traducteur reste titulaire des droits d'auteur sur son travail (sauf accord contraire rappelons-le). Lorsque le maître d'ouvrage décide de rompre le contrat au motif que la traduction n'est pas de qualité, il a donc l'obligation de rémunérer le travail accompli, tout travail méritant salaire. Le traducteur de son côté doit remettre bien évidemment les fruits de son travail, contrepartie de l’à-valoir, dont les glossaires terminologiques qu'il a éventuellement constitués, afin de permettre au maître de l'ouvrage ou à un traducteur de substitut de poursuivre le travail.

Au-delà de ces règles juridiques, le secteur de la traduction est largement gouverné par les pratiques et usages. Ainsi, le Code des usages pour la traduction d'une oeuvre de littérature générale de 1993 constitue une source de solutions qui peut-être utile aux traducteurs comme aux éditeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traductriste



Féminin Nombre de messages : 1
Age : 33
Localisation : France
Emploi : traductrice
Diplômes : Master 2 de russe
Date d'inscription : 15/12/2008

MessageSujet: Re: Les droits d'auteur du traducteur   Lun 15 Déc - 11:38

Bonjour,
Un éditeur m'a fait signer un contrat qui ne prévoyait pas de fraction de l'à-valoir pour le traducteur. Après un différend (indépendamment de la traduction en question), il a décidé de rompre le contrat, tout en s'engageant par écrit à me rémunérer. Les portions n'avaient pas été acceptées "officiellement", par courrier. Il revient à présent sur cet engagement, arguant que ma traduction n'est pas de qualité.
Je précise qu'il était censé (d'après le contrat) accepter ou refuser les portions de traductions remises dans un délai de deux semaines, voire de deux mois "en cas de nécessité de procéder à des remaniements importants". Or, il ne m'a jamais demandé de remanier mes traductions, et la première portion avait été remise il y a bientôt deux mois.
Que faire ? Suis-je en droit de l'attaquer ?
Si vous pouvez m'éclairer... Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les droits d'auteur du traducteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Droits RSA/CHOMAGE
» les droits des paramedicaux dans un EHS...?
» Notariat - Droits et obligations du notaire employeur
» Les droits des détenu(e)s 4ème partie
» Droits de succession

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliance Juris :: Chroniques :: France :: Immatériel :: Propriétés intellectuelles-
Sauter vers: